AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ZEKE + There's always some relief in giving up.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nathanaël Copeland
— MEMBRE ≡ The lonely wolf —
≡ avatar : theo james.
≡ inscrit le : 07/11/2015
≡ messages : 507
≡ métier : inspecteur de police. un poste qui s'avère ètre une bonne couverture pour un chasseur.
≡ quartier : 322, northen road, north blackwood.
MessageSujet: ZEKE + There's always some relief in giving up.   ZEKE + There's always some relief in giving up. Icon_minitimeMar 10 Nov - 15:49

There's always some relief in giving up.
ezeckiel & nate

Dix-huit heures. Peut-être plus. Peut-être moins. Je crois que j’ai perdu la notion du temps. La notion des choses. Le sens de mes priorités. A peine la porte du commissariat refermée derrière moi, je n’avais pas tardé à grimper dans mon pick-up en évitant soigneusement mon reflet dans le rétroviseur intérieur. Je n’avais pas réfléchis à l’endroit où aller. Je n’avais plus de foyer. C’est donc tout naturellement que j’avais pris le chemin du Heaven’s Night. Un réflexe qui coulait déjà dans mes veines. Et déjà j’étais accoudé au bar. Depuis une heure déjà. Peut-être plus. Peut-être moins. Mon regard se noyait dans le liquide jaunâtre au fond du verre. Il n’en restait qu’une gorgée. Quelques gouttes à peine. Dieu que je détestais le gout de ce liquide sur ma langue, sur mon palais, dans ma gorge. Pourtant, j’avais pris pour habitude d’en descendre un verre par jour. Peut-être deux. Pourquoi compter ? J’attrapais le verre pour faire danser le liquide. De petits gestes circulaires pour distraire mes pensées. Pour m’évader. Pour m’échapper. Au monde. Aux responsabilités. Aux conséquences. Certains parvenaient à vivre avec la maladie, continuaient à vivre avec elle, jour après jour, comme si de rien n’était. Mais, je n’y arrivais pas. Je ne parvenais même plus à croiser mon propre reflet. Au point qu’une barbe recouvrait déjà la moitié de ce visage d’habitude si lisse et impeccable. Camouflage de cette pâleur qui se devinait de plus en plus chaque jour. Fuir. Par tous moyens. Les responsabilités. La réalité. Boire pour ne plus penser. Boire pour ne pas avoir faim. Une faim que je devine de plus en plus chaque jour. Elle n’est pas encore ce qu’elle sera. Pas encore. Et pourtant, je la devine déjà. Se glisser dans mon esprit. Réclamer. Griffer. Je sais qu’elle ne tardera pas à me rendre fou. Bientôt. Dans quelques jours. Quelques semaines. Peut-être plus. Peut-être moins. Alors, je m’empresse de porter le verre à mes lèvres. Le liquide brule ma gorge, m’arrachant une grimace, avant que le verre ne retombe sur le comptoir avec fracas. Un simple signe de tête, et le barman arrive vers moi, la bouteille à la main, s’exécutant sans demander la moindre explication. Je regarde le liquide remplir le verre. Quelques gouttes seulement. Un fond. Et déjà mes doigts viennent s’accrocher à la paroi lisse, comme si j’avais besoin de ce contact. De ce que le verre contient. Mon regard ne peut s’en détacher. Mais, alors que je l’approche de mes lèvres, je devine une silhouette à mes côtés. Un regard insistant sur cette main qui tient ce verre, comme si ma vie en dépendait. La culpabilité. Cette bonne vieille amie qui ne me quitte plus. Elle revient hanter mon esprit, m’incitant à reposer l’objet sur ce comptoir qu’il n’aurait jamais dû quitter. Ma mâchoire se crispe. Frustration. Alors, lentement, je relève les yeux vers l’individu qui fait naitre en moi ce sentiment que je cherche, si désespérément à faire fuir. Un visage enfantin auquel je me suis attaché, malgré moi. Peut-être parce que je suis un frère, moi-même. Et que je comprends ce besoin d’obtenir des réponses. Cette envie de savoir. Pour aller de l’avant. Pourtant, je ne suis plus aussi sur qu’il devrait les obtenir. Ces réponses qu’il cherche tant. Ces choses qu’il pense avoir besoin d’entendre. Peut-être n’en a-t-il pas besoin pour avancer, après tout. L’incompréhension protège de la vérité. « Je ne suis pas en service ! » Une simple réponse à une question qui n’est même pas formulée. Une réponse à ma propre culpabilité. Une froideur et un détachement qui ne me ressemble pas. Et pourtant…


Dernière édition par Nathanaël Copeland le Dim 15 Nov - 23:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://outofthedarkness.forumactif.org/t229-nate-running-wild-an http://outofthedarkness.forumactif.org/t234-nate-go-forth-and-have-no-fear
Ezeckiel Morgenstern
— MEMBRE ≡ The lonely wolf —
≡ avatar : dylan o'brien
≡ inscrit le : 03/11/2015
≡ messages : 884
≡ métier : Serveur, se glisse dans des cours sur l'occulte et le surnaturel. Curiosité du jour.
≡ quartier : 527, east blackwood
MessageSujet: Re: ZEKE + There's always some relief in giving up.   ZEKE + There's always some relief in giving up. Icon_minitimeMar 10 Nov - 22:17



There's always some relief in giving up.


Retirant ses affaires en sueur dans le vestiaire pour enfiler un t-shirt et une veste, le gosse ne tarda pas à enfoncer la porte arrière de son boulot. Le serveur avait probablement l'horaire le moins pourri sur les trois de la soirée, mais étrangement le gosse avait l'esprit ailleurs. Le cœur avait ses raisons que la raison ignorait, et fort heureusement, le gamin n'était pas du genre à se laisser couler sous des problèmes sentimentaux ridicules – un problème d'attachement qu'il refuserait toujours d'avouer et de soigner. La détresse ne se soignait pas, et la détresse émotionnelle n'était pas unique en son genre et devait donc se subir comme n'importe quelle souffrance du quotidien. Le brun détourna la ruelle avec la musique qui tournait bien plus forte que cela était nécessaire pour se glisser dans la rue principale en marche vers son appartement. La voiture du jeune citadin était en réparation – sa précieuse jeep était en réparation. Ezeckiel traînait cette voiture depuis son départ définitif de sa ville native. Un symbole de son adolescence, de ses conneries et de tout son apprentissage qui semblait désormais lui passer au-dessus sans aucun problème. Qu'importait, le gosse s'enfonçait les mains dans les poches avec un sac à dos avec ses quelques affaires qui traînaient. Cette ville était superbe la nuit, le spectacle était à la fois terrible et excitant. C'était surprenant comme un contexte pouvait parfois changer la donne, changer le simple état d'esprit d'un simple d'esprit. Le serveur se contentait d'avancer, à allure vive avant de finalement devant un bar, détournant le regard longuement pour observer les clients et soudain, Zeke stoppa ses pas en reconnaissant un dos qu'il ne connaissait que trop bien : Nathanaël .

Le gamin poussa la porte du bar en observant les gens qui buvaient, certains avec légèreté, d'autres semblaient déjà bon à mettre à la porte. L'ancien étudiant avança en direction du bar sans motivation, avec un regard inquisiteur en observant un policier qu'il ne côtoyait que pour des raisons officieuses. Il était la seule source du gosse au sein de la police, et pourtant, il semblait le fuir et l'éviter ces derniers temps. Ezeckiel jugeait des comportements, des attitudes, des mots et des phrases qui ne correspondaient pas à une personnalité formelle. L'enfant avait un diplôme, même si ce dernier n'était là que pour décorer un carton : ce diplôme il le méritait et il l'utilisait au quotidien comme une source sûre. Le désespéré s'approcha de l'officier en observant son verre, ses mains et sa simple attitude. Ezeckiel resta silencieux et fit un signe négatif au barman qui vint lui proposer un verre. L'ancien alcoolique limitait sa consommation, et ce n'était certainement pas ce soir qu'il allait enfreindre cette règle. Le gosse devait noter dans un carnet chaque fois qu'il buvait, ce qu'il buvait et la quantité. Il ne respectait pas toujours cette règle, mais sa santé mentale et physique l'obligeait à respecter ces quelques règles : ne jamais dépasser le raisonnable. Ezeckiel laissa échapper un sourire narquois et moqueur face à la remarque du policier. « T'es pas grand-chose là tout de suite nan ? » Le gosse avait un caractère moqueur, et cela ne tombait jamais dans le méchant, mais il était vrai que son plus grand espoir de retrouver sa sœur semblait s'envoler et la simple idée de perdre sa meilleure piste semblait arracher le cœur du gosse. « Cette place est libre ? Bien évidemment, question bête. » Son ton nageait dans le sarcasme. Le brun s'installa aux côtés du policier avec un mélange de colère et d'incompréhension. « J'te dérange ? Je m'en fous que tu sois en service ou pas, je veux des réponses. Si tu voulais tellement m'envoyer chier, tu n'avais qu'à le faire la première fois. » le ton n'était pas mauvais, simplement mesquin. S'il n'était peut-être pas la clé pour retrouver sa sœur : il serait la clé d'un autre mystère.



© TITANIA

_________________
Ce que tu es, ne sera jamais ce que tu hais. Qu'importe que tu t'exécutes cent fois, tu auras toujours perdu la foi. Ce que tu vois ne sera jamais semblable à cette voix-là. Fais ce que tu veux gamin, demain elle sera toujours au même endroit, au creux de tes entrailles: elle sera toujours loin de toi. Adopte le double jeu et brises les règles de ceux qui se sont trop souvent joués de toi.  fucking face. fucking face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://outofthedarkness.forumactif.org/t194p15-ezeckiel-introduc http://outofthedarkness.forumactif.org/t199-ezeckiel-i-wake-up-on-a-other-lie#2367
Nathanaël Copeland
— MEMBRE ≡ The lonely wolf —
≡ avatar : theo james.
≡ inscrit le : 07/11/2015
≡ messages : 507
≡ métier : inspecteur de police. un poste qui s'avère ètre une bonne couverture pour un chasseur.
≡ quartier : 322, northen road, north blackwood.
MessageSujet: Re: ZEKE + There's always some relief in giving up.   ZEKE + There's always some relief in giving up. Icon_minitimeMar 10 Nov - 23:25

There's always some relief in giving up.
ezeckiel & nate

« T'es pas grand-chose là tout de suite nan ? » Un regard sombre dans sa direction, avant que la honte ne reprenne possession de mon esprit. Un regard en direction du mur de bouteilles qui me fait face. Mon reflet qui me rappelle que je ressemble d’avantage à un déchet qu’à l’homme que j’étais il y a de cela encore quelques semaines, à peine. Le gamin a raison, cela ne servirait à rien de le nier. J’esquisse un léger sourire, qui ne parvient pourtant pas à effacer ma gène. « Cette place est libre ? Bien évidemment, question bête. » Un rictus sur mon visage alors qu’il s’installe à mes côtés. Son attitude, et le ton de sa voix témoignent d’une certaine rancœur. Mais, je ne suis pas sûr d’en avoir grand-chose à faire. Je ne suis pas sûr d’en avoir grand-chose à faire de quoi que ce soit depuis quelques temps. Au diable les responsabilités, les engagements et les promesses. « J'te dérange ? Je m'en fous que tu sois en service ou pas, je veux des réponses. Si tu voulais tellement m'envoyer chier, tu n'avais qu'à le faire la première fois. » Un nouveau sourire. Pur sarcasme alors que mes doigts font lentement tournoyer le verre sur le comptoir. Mon regard continue de contempler le précieux liquide pour lequel j’ai pourtant tant de haine. Ce gout amer qui me file la gerbe. Cette sensation désagréable dans le fond de ma gorge. Pourtant, l’envie est là, de boire le contenu du petit récipient translucide. Ne serait-ce qu’une gorgée. Pour faire s’envoler ma conscience. Pour faire taire mes derniers remords de policier. Pour ne plus rien en avoir à foutre de rien. Car j’ai beau essayer de me convaincre que je me fiche de ce qu’il pense, de sa rancune envers moi, il n’en est rien. Car il a raison, je lui dois surement des réponses. Ou peut-être pas. Je n’ai aucune obligation envers lui. Si ce n’est une obligation morale. La promesse d’un homme envers un autre. D’un policier envers un jeune homme qui cherche une étincelle d’espoir. Je ne veux pas le regarder, pourtant mon regard glisse vers lui. Un simple regard. Baigné de culpabilité. Ces notes qu’il m’a transmises. Des notes anodines qui étaient censées m’aider à trouver une piste. J’aurais préféré ne pas en comprendre le sens. Sa sœur avait pris le chemin qu’il prenait à son tour. Elle avait dû poser des questions. Enquêter. Fouiller. S’engager sur une voie que le commun des mortels ne devait jamais découvrir. Je disposais de réponses. Et c’était là tout mon malheur. Et le siens. Car ces réponses, je n’avais aucune intention de les lui donner. Pour son bien. Pour sa sécurité. Pour le protéger. Pour qu’il ne connaisse pas le même destin funeste que celui qu’avait connu la jeune femme. « Les réponses que tu cherches, tu les connais déjà ! Ta sœur est morte. Quoi que tu fasses, et peu importe les questions que tu poseras, elle ne reviendra pas, elle t’a abandonné… et tu refuses l’évidente vérité parce que tu n’es rien d’autre qu’un gamin capricieux qui refuse la simple pensée que  la personne qui comptait le plus pour lui ait pu le quitter… Mais, il va falloir te rendre à l’évidence, mon grand. Il est temps de retourner chez toi, et d'accepter que tu ne la reverras jamais ! »

_________________
It's not easy on my nerves. It's not easy on my conscience. It's not easy on my soul. This is not what you wanted. What you wanted for me. I know that much now.
My apologies.


Dernière édition par Nathanaël Copeland le Mer 11 Nov - 19:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://outofthedarkness.forumactif.org/t229-nate-running-wild-an http://outofthedarkness.forumactif.org/t234-nate-go-forth-and-have-no-fear
Ezeckiel Morgenstern
— MEMBRE ≡ The lonely wolf —
≡ avatar : dylan o'brien
≡ inscrit le : 03/11/2015
≡ messages : 884
≡ métier : Serveur, se glisse dans des cours sur l'occulte et le surnaturel. Curiosité du jour.
≡ quartier : 527, east blackwood
MessageSujet: Re: ZEKE + There's always some relief in giving up.   ZEKE + There's always some relief in giving up. Icon_minitimeMer 11 Nov - 0:48



There's always some relief in giving up.




La violence des mots valait parfois celle des corps, mais parfois il s'avérait difficile de maîtriser les deux sans exploser face au chaos  de ce monde. Le jeune homme ne fut jamais un adepte de la violence physique totalement gratuite qui n'avait pour objectif que de blesser et de montrer un mépris envers une humanité qui sombrait déjà dans la noirceur profonde. Le gosse avait une vision bien négative du monde qui l'entourait, mais cette dernière était plus agréable qu'une idéalisation vaine. Il ne fut jamais un grand dépressif qui voyait le monde en noir et blanc, mais il se perdait à croire que le monde tournait dans le noir plus que dans le blanc. Ce soir, celui qui se présentait comme blanc démontrait que les couleurs se mélangeaient bien trop vite. Ezeckiel venait donc tirer les vérités, celles qui faisaient mal, mais c'était très probablement la meilleure chose à faire plutôt que se noyer dans des fausses couleurs et de réelles illusions. Le brun voulait des réponses, et malheureusement il allait se confronter à des mots qu'il n'entendait pas pour la première fois, mais c'était un espoir qui commençait à filer.  Le gosse resta silencieux face à cette attaque, qui se voulait mauvaise, dans le seul et unique but de le descendre pour le faire chuter. « Morte », cette simple idée étant en train de lui venir à l'esprit à nouveau, cette image de son cadavre dans un recoin dans la ville de son enfance. Zeke resta de marbre comme il le pouvait, en tentant de conserver toutes ses émotions. Ezeckiel resta silencieux, secouant légèrement la tête à la fin de son discours, observant celui-ci se trouvait face à lui avec un dédain profond alors qu'il voyait son meilleur espoir de retrouver celle qu'il aimait plus que tout, s'envoler sous le vent de la saison. Cette douleur vive, celle d'imaginer le cadavre de sa sœur qui le dévorait chaque nuit et qui pourtant le poussait à poursuivre sa quête aveugle dans la recherche d'un simple cadavre. Vivante ? Il continuait de se bercer dans ces nuances entre la vie et la probable mort de la jeune femme. Nate n'était qu'un enfoiré de plus, venant hurler la facilité à la gueule d'un gamin qui préférait se promener dans le paradis des illusions plutôt que dans l'enfer des malheureux. Ezeckiel se fourvoyait, mais lui, au moins : il avançait à sa manière sans jamais abandonner l'idée d'un nouveau départ.


Le brun soupira alors en laissant échapper un petit rire nerveux. « Je préfère être ce sale gosse capricieux, plutôt que l'homme qui se persuade qu'il vaut mieux que moi. Parce que moi, je ne viens pas donner des leçons de morale à un gamin avec une franchise qui tire probablement sa seule source de cet alcool minable. La vérité sort de la bouche des enfants, paraît-il. » Le gosse se redressa finalement en quittant sa chaise, sans hausser la voix. « Ce n'est pas moi, qui offre de faux espoirs aux gens pour repartir avec ces derniers. Je ne t'ai jamais demandé de revenir avec ma sœur en vie, mais simplement de m'aider à trouver des réponses. Si tu tenais tellement que ça à m'envoyer chier, tu aurais dû le faire avant de m'offrir de l'espérance. » Ezeckiel soupira alors avant de regarder le policier. « Tu donnes une réponse facile parce que tu as peur de la vérité, parce que moi la vérité je ne la connais pas et que je la cherche. Ou alors, tu connais la vérité et tu refuses de me la donner. Sympa les notes de ma sœur nan ? » Ezeckiel le prenait de haut, pour observer chacun de ses mouvements, le simple tremblement de voix : l'enfant n'était pas idiot et il savait que les notes qu'il avait fournies sur sa sœur étaient pleines de révélations surnaturelles. Ezeckiel n'était pas né manipulateur, mais il devait malheureusement s'y accommoder à ce rôle d'escroc pour obtenir des informations. Il voulait des réponses, et cela, même s'il devait délaisser Nate en chemin.



© TITANIA

_________________
Ce que tu es, ne sera jamais ce que tu hais. Qu'importe que tu t'exécutes cent fois, tu auras toujours perdu la foi. Ce que tu vois ne sera jamais semblable à cette voix-là. Fais ce que tu veux gamin, demain elle sera toujours au même endroit, au creux de tes entrailles: elle sera toujours loin de toi. Adopte le double jeu et brises les règles de ceux qui se sont trop souvent joués de toi.  fucking face. fucking face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://outofthedarkness.forumactif.org/t194p15-ezeckiel-introduc http://outofthedarkness.forumactif.org/t199-ezeckiel-i-wake-up-on-a-other-lie#2367
Nathanaël Copeland
— MEMBRE ≡ The lonely wolf —
≡ avatar : theo james.
≡ inscrit le : 07/11/2015
≡ messages : 507
≡ métier : inspecteur de police. un poste qui s'avère ètre une bonne couverture pour un chasseur.
≡ quartier : 322, northen road, north blackwood.
MessageSujet: Re: ZEKE + There's always some relief in giving up.   ZEKE + There's always some relief in giving up. Icon_minitimeMer 11 Nov - 22:36

There's always some relief in giving up.
ezeckiel & nate

« Je préfère être ce sale gosse capricieux, plutôt que l'homme qui se persuade qu'il vaut mieux que moi. Parce que moi, je ne viens pas donner des leçons de morale à un gamin avec une franchise qui tire probablement sa seule source de cet alcool minable. La vérité sort de la bouche des enfants, paraît-il. » Un rire. Ma main qui glisse derrière ma nuque, ébouriffe quelques mèches de cheveux. Malaise apparent et incontrôlable. Et pourtant. La vérité est toute autre que les propos qu’il vient d’énoncer. Je l’envie de ne pas savoir. J’envie son innocence. Le mensonge dans lequel on le berce. Une réponse qui lui a été offerte. Un probable mensonge. Une hypothétique vérité. Mais qui vaut tellement mieux que tout ce qu’il risque de découvrir. Des abysses. La déchéance. Je peux encore sentir les griffes déchirant ma chair. Le sang glissant entre mes doigts alors que j’essaie de courir pour sauver ma propre vie. Je l’envie de ne pas savoir. Je l’envie d’avoir encore une porte de sortie. Une échappatoire. Une vie qui l’attend. Loin d’ici. Loin de Blackwood. Loin de toutes ces légendes. De cette magie ambiante. Le mensonge valait mieux que la vérité. La vérité est une douleur qui conduit à un bar. Un comptoir. Un verre de whisky. A la déchéance. J’avais vécu dans un semi mensonge depuis tant d’années que j’avais fini par me convaincre, une fois le seuil de ma porte passé, que rien d’autre n’existait. Que ces légendes n’étaient que des histoires pour effrayer les enfants. Protéger mon épouse, la laisser se bercer de ses convictions. Protéger mes enfants pour qu’ils ne suivent pas mes pas. Mentir. Parce que la vérité est bien trop dangereuse. Sa sœur n’en avait-elle pas fait les frais ? Pourquoi vouloir savoir ?

« Ce n'est pas moi, qui offre de faux espoirs aux gens pour repartir avec ces derniers. Je ne t'ai jamais demandé de revenir avec ma sœur en vie, mais simplement de m'aider à trouver des réponses. Si tu tenais tellement que ça à m'envoyer chier, tu aurais dû le faire avant de m'offrir de l'espérance. » Je lève les yeux vers lui. Offrir de l’espoir pour l’arracher ensuite, c’est ce que je sais faire de mieux ces derniers temps. « Bienvenue dans le monde des adultes, où désespoir et déception sont roi et reine ! » « Tu donnes une réponse facile parce que tu as peur de la vérité, parce que moi la vérité je ne la connais pas et que je la cherche. Ou alors, tu connais la vérité et tu refuses de me la donner. Sympa les notes de ma sœur nan ? » Un léger sourire sur mes lèvres. Le môme est loin d’être stupide. Je détourne le regard pour contempler mon reflet dans le miroir, derrière les quelques bouteilles. L’espace d’une seconde, je contemple ce triste sourire, je contemple les marques sombres sous mes yeux, cette barbe qui envahit mon visage, avant de légèrement mordiller ma lèvre inférieure, mal à l’aise, et de baisser les yeux vers mon verre. « Qu’est-ce que tu espères trouver, exactement ? » Je pose les yeux sur lui, le regard d’un inspecteur de police menant un interrogatoire. Il a les questions. J’ai les réponses. Pourtant, je suis celui qui, une fois n’est pas coutume, ne répond pas, pour poser de nouvelles questions. Des questions dont je connais déjà les réponses. « Pourquoi ne peux-tu pas te contenter de ce qu’on t’a donné ? Pourquoi ne peux-tu pas accepter qu’elle soit morte ? » Je me redresse sur mon tabouret pour lui faire face. « Crois-tu vraiment que savoir la vérité te la rendra ou facilitera le fait qu’elle ne soit plus là ? Qu’est-ce que tu espères trouver, exactement ? » Je détourne le regard, discrètement. Réflexe pour m’assurer que notre conversation n’est pas écoutée. Paranoïaque à l’idée de voir un vent de panique se répandre sur cette ville que j’ai juré de protéger. « Ces notes, tu connais déjà leur importance, n’est-ce pas ? »

_________________
It's not easy on my nerves. It's not easy on my conscience. It's not easy on my soul. This is not what you wanted. What you wanted for me. I know that much now.
My apologies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://outofthedarkness.forumactif.org/t229-nate-running-wild-an http://outofthedarkness.forumactif.org/t234-nate-go-forth-and-have-no-fear
Ezeckiel Morgenstern
— MEMBRE ≡ The lonely wolf —
≡ avatar : dylan o'brien
≡ inscrit le : 03/11/2015
≡ messages : 884
≡ métier : Serveur, se glisse dans des cours sur l'occulte et le surnaturel. Curiosité du jour.
≡ quartier : 527, east blackwood
MessageSujet: Re: ZEKE + There's always some relief in giving up.   ZEKE + There's always some relief in giving up. Icon_minitimeJeu 12 Nov - 19:14



There's always some relief in giving up.




Les déceptions, une première, puis vint la seconde. Le temps s'écoulait et les déceptions s'infectaient lentement, dévoraient les corps pour ne laisser que des morts sur le chemin en pagaille qui tiraille les entrailles. Chaque erreur terrassait le chemin du bonheur, offrant un nouveau malheur pour les parfaits arnaqueurs qui profitaient de la détresse des proies qui imploraient des prouesses et l'ivresse d'une vie qui ne serait plus. Ezeckiel était tombé, il avait commencé à creuser sa tombe pour rejoindre sa sœur bien-aimée, à une vitesse proche de l'inexistant. Vivre sans elle, c'était finir ivre chaque soir, broyer du noir et s'écrouler dans un couloir pour y délaisser ses espoirs. Ezeckiel avait perdu toute sa joie, ses grands mots, ses rires et ses terreurs. La peur nécessitait une raison de vivre, et cette raison était elle-même morte. Kendra, sa sœur qu'il ne retrouverait probablement jamais et qu'il détestait autant qu'il l'avait aimé durant sa petite enfance. Cette drôle de façon de vivre, de vivre pour la mort, physiquement et de se consacrer à elle comme une quête qui le conduirait à sa propre perte. Le serveur préférait s'enfoncer dans ses mœurs, les siens, plutôt que de créer une nuée de douleur sur son passage. Le message de Nate était loin d'être clair, mais ce n'était que de la lâcheté qui s'évacuait de sa triste bouche qui devait probablement empester l'alcool à pleine bouche. Ezeckiel n'était pas là pour donner des leçons, mais cet officier s'était engagé lui-même dans cette voie, et il devrait supporter la voix d'un gosse qui ne pourrait jamais lui apprendre la vie. Le gosse ne préféra même pas rebondir sur la remarque sur le monde adulte, parce qu'il se croyait assez brute pour supporter la douleur de ce monde : il se trompait. Personne n'était apte à supporter la douleur amère qui venait retirer le droit d'aimer. Ezeckiel n'était pas un donneur de leçons, mais il était un professionnel dans la contrefaçon des émotions.


Les notes finissent par débouler. Ezeckiel n'allait pas masquer ses intentions, il n'allait pas se jouer de l'officier plus longtemps. Il n'était pas crédule, et il savait ce qui se cachait derrière ces bois et ces attaques : une créature. Le gosse menait des recherches sans jamais parvenir à obtenir des réponses, mais il ne démordrait pas et trouverait ce qu'il voulait. Nate était incapable de plonger son regard dans celui du gosse et se contentait de noyer sa dépouille dans l'alcool et dans une dépendance pathétique et tellement risible que le gosse n'avait même pas envie de défendre l'idée qu'il n'avait pas mérité son sort. Ezeckiel voulait aider ceux qui le méritaient, mais le pardon n'était pas dans ses capacités et cela ne comptait pas changer avant un long moment. Puis finalement, vint des questions de la part de l'inspecteur. Il se redressa alors pour faire face au gamin qui ne baissait pas les yeux, parce que pour sa sœur, il détruirait des immeubles et ferait péter des cœurs pour simplement lui demander pardon. Les mots étaient les mêmes : pourquoi il insistait ? Pourquoi ne pas se contenter de cette vérité tellement facile ? Tout le monde devait se poser la question. Son corps n'était rien, et même si elle avait survécu : elle ne reviendrait pas. Le monde était contre le gosse, mais ce n'était pas parce que le monde était en guerre contre lui, qu'il ne pouvait guère riposter et se battre pour un nom qui finirait pourtant en fumée. Le silence resta son seul atout, même face à cette dernière question qui se révélait bien plus révélatrice que cet enfoiré de lâcheur ne voulait le croire. Ezeckiel afficha un grand sourire, mesquin jusqu'à la racine. « La vérité rendra justice à ma sœur, morte ou vive, je pourrais laver les saloperies qu'on a craché sur elle. » Le gamin leva les yeux au ciel en observant le bar. Ses clients, le comportement de Nate et la façon dont cette rencontre allait se terminer. « Ces notes, j'avais des doutes, mais en réalité, tu viens seulement de me confirmer. Finalement, j'ai ce que je voulais. » Affichant un visage qui se perdait entre douceur et mépris. « Tu devrais retourner boire, après tout: tu n'es pas en service. » Et le gamin s'éloigna avec un regard taquin, rajoutant sur son visage un clin d’œil éphémère pour se détourner en direction de la sortie.



© TITANIA

_________________
Ce que tu es, ne sera jamais ce que tu hais. Qu'importe que tu t'exécutes cent fois, tu auras toujours perdu la foi. Ce que tu vois ne sera jamais semblable à cette voix-là. Fais ce que tu veux gamin, demain elle sera toujours au même endroit, au creux de tes entrailles: elle sera toujours loin de toi. Adopte le double jeu et brises les règles de ceux qui se sont trop souvent joués de toi.  fucking face. fucking face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://outofthedarkness.forumactif.org/t194p15-ezeckiel-introduc http://outofthedarkness.forumactif.org/t199-ezeckiel-i-wake-up-on-a-other-lie#2367
Nathanaël Copeland
— MEMBRE ≡ The lonely wolf —
≡ avatar : theo james.
≡ inscrit le : 07/11/2015
≡ messages : 507
≡ métier : inspecteur de police. un poste qui s'avère ètre une bonne couverture pour un chasseur.
≡ quartier : 322, northen road, north blackwood.
MessageSujet: Re: ZEKE + There's always some relief in giving up.   ZEKE + There's always some relief in giving up. Icon_minitimeDim 15 Nov - 23:13

There's always some relief in giving up.
ezeckiel & nate

« La vérité rendra justice à ma sœur, morte ou vive, je pourrais laver les saloperies qu'on a craché sur elle. » Saleté d’idéalisme. Je laisse échapper un rire narquois. Parfois, un mensonge valait mieux que la vérité. Ne pas savoir valait mieux que de remuer de la boue. La justice pouvait se cacher dans un mensonge. Le mensonge pouvait être bien plus salvateur qu’une vérité destructrice et foudroyante. La vérité était une maladie qui polluerait son esprit, qui deviendrait une obsession, qui le détruirait, comme elle détruisait chacun de nous. Comme elle avait surement du avoir raison de sa sœur. « Ces notes, j'avais des doutes, mais en réalité, tu viens seulement de me confirmer. Finalement, j'ai ce que je voulais. » Un sourire sur mes lèvres. Un simple piège dans lequel je m’étais empressé de tomber. Prêcher le faux pour savoir le vrai. Je secoue la tête, nonchalamment. Un indice de plus sur la liste de tous ceux qu’il avait réussi à accumuler. Mon cœur se serre, comme épris d’un mauvais pressentiment, pourtant je continue d’afficher ce sourire empreint d’écœurement. « Tu devrais retourner boire, après tout: tu n'es pas en service. » Un clin d’œil taquin, orgueil de la victoire. Je lève mon verre alors qu’il me tourne le dos. Savoir ne lui serait pas salvateur. Il avait simplement pris sa décision. Il voulait savoir. Toucher du doigt la seule chose qu’il lui restait de sa sœur. Un dernier espoir auquel il se raccrochait, peu important le danger. Alors, je porte le verre à mes lèvres et en boit le contenu. D’une traite. Je peux sentir ma gorge bruler. Alors, je contemple la silhouette du jeune adulte qui disparait dans l’entrebâillement de la porte. A ta santé. A ton innocence. Aux mensonges qui te berçaient d’illusions et te protégeaient d’une horrible vérité. A une vie de plus qui ne tarderait pas à frôler des secrets qu’elle ne devrait pas connaitre. A mon incapacité à protéger la population. A mon incapacité à être un homme de bien…


TOPIC TERMINÉ.

_________________
It's not easy on my nerves. It's not easy on my conscience. It's not easy on my soul. This is not what you wanted. What you wanted for me. I know that much now.
My apologies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://outofthedarkness.forumactif.org/t229-nate-running-wild-an http://outofthedarkness.forumactif.org/t234-nate-go-forth-and-have-no-fear
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ZEKE + There's always some relief in giving up.   ZEKE + There's always some relief in giving up. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

ZEKE + There's always some relief in giving up.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Big zeke prêt pour le combat !!
» Projet : Meka Island I[Pv Zeke]
» Helena + I'm giving you a nightcall to tell you how I feel.
» Pistache Ambrée | Relief | Rivière Étoilée | Petit Lotus
» say something i'm giving up on you
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OUT OF THE DARKNESS :: 
Jesus hot sauce Christmas Cake
 :: Use a flamethrower :: Les rps terminés
-
Sauter vers: