AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 cause this life is as fragile as a dream ㄨ murphy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: cause this life is as fragile as a dream ㄨ murphy   Mer 18 Nov - 21:30



cause this life is as fragile as a dream
ciri & murphy

Le jour se lève sur Blackwood. Ne fermant jamais les volets de sa chambre, la chaleur des rayons du soleil caressa le visage endormi de Cirilla. Cela ne réveilla nullement la jeune femme. Ayant veillée toute la nuit pour lire un livre, il lui fallait bien plus pour sortir de son doux sommeil. Comme par exemple la langue râpeuse de sa chatte à long poil gris. « Humm... Diamant, va-t-en. » Grogna-t-elle avant de s'enfoncer un peu plus dans ses draps. Vexé, le félin tourna les talons et alla sur le rebord de la fenêtre pour observer la rue. On pourrait penser qu'il en resterait là, mais au bout de cinq minutes, Diamant se mit à bondir sur le lit et à sauter sur sa maîtresse avant de redescendre et disparaître sous le lit. Le manège du petit animal se répéta jusqu'à ce que Ciri se redresse. Les cheveux en pagaille devant le visage, elle foudroie du regard son compagnon qui se mit à ronronner en s'approchant prudemment. « Tu es contente j'espère, je suis réveillée. » Bougonna-t-elle en prenant sa boule de poil dans les bras pour lui caresser son doux pelage argenté.

Les journées de Cirilla n'avaient rien d'exceptionnelles. Lorsqu'elle n'était pas en voyage pour vendre ses clichés, elle se contentait d'une vie banale, gérer la maison, veiller à ce que chaque membre du clan Blackwell ne manque de rien, aller voir son petit ami, se promener, faire des courses, s'occuper de son chat, voir ses amis... Pourtant, la petite brunette n'avait rien de banale, elle descendait d'une longue lignée de chasseurs... De chasseur de quoi ? De wendigo. Chose pas très banale... Enfin, lorsqu'on est un étranger certes, mais pour les habitants de Blackwood, les plus anciens du moins, se serait presque anormal de ne pas avoir croisé au moins une fois dans sa vie un wendigo. En général, on ne survit pas à ce genre de rencontre comme ce fut le cas pour quelques membres de sa famille. D'autres, finissent avec des cicatrices et un truc que le commun des mortelles qui ne croient pas aux légendes appellent ''infection lupine''. Dans le cas de Stone, c'est une chasseuse passive, elle ne fonce pas tête baissée toutes les nuits dans la forêt, munie d'un lance flamme pour affronter la terrible bête. Elle préférait que les gens connaissent la vérité, mais ça c'est une autre histoire...

Ce jour-là, la benjamine de la fratrie Blackwell était seule dans la maison au quarante cinq northen road... Enfin pas vraiment puisqu'il y avait Diamant. Le journal était posé sur la table de la cuisine, en première page, il y avait des photos des jumelles Washington et de leur frère. La disparition des filles fut un choc l'an dernier. La mort de tous leurs amis et du frère cette année provoqua un vent de panique au sein des habitants ignorants aujourd'hui. « Si seulement ils pouvaient voir la vérité. » Là était tout le problème, il y a bien eu quelques personnes qui ont tenté de faire comprendre au reste du monde qu'ici, il y a une malédiction. Que quiconque mangerait de la chair humaine attira l'esprit maléfique qu'on appelle le wendigo. Mais ceux qui ont clamé hauts et fort que ce monstre existait se sont vus être humiliés et traités de fou. C'est tellement plus simple comme ça. Un sentiment qu'elle connaissait bien refaisait surface, le sentiment d'impuissance. Les gens veulent des réponses et lorsqu'on leur apporte sur un plateau d'argent, ils refusent d'y croire. Ils veulent des coupables à leurs malheurs, mais un coupable logique, et non une légende que raconte les vieilles femmes au coin du feu pour dire aux plus jeunes que s'ils ne sont pas sages, le wendigo viendra les manger.

Le téléphone de la maison sonne, arrachant Cirilla à ses pensées. A peine avait-elle décroché le combiné que la voix d'une de ses amies beugla à l'intérieur. « Devine qui n'est plus célibataire ?! » « Hum... Je donne ma langue en chat » Nargua la brunette, un grand sourire se dessinant sur ses lèvres. Elle n'avait pas forcément envie de savoir tout les détails de la soirée de son ancienne camarade de classe, pourtant, elle l'écouta et de temps en temps, elle ponctua le long monologue par des « Humhum... » « Ok. » ou « Vraiment ? ». Déambulant dans la maison sans compter le temps qui défilait.
acidbrain




Dernière édition par Cirilla Blackwell le Sam 28 Nov - 19:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
— ADMIN ≡ Doctor of the Dead —
≡ avatar : nikolaj coster-waldau.
≡ inscrit le : 28/10/2015
≡ messages : 167
≡ métier : propriétaire de walker cars.
≡ quartier : 45, northen road, north blackwood.
MessageSujet: Re: cause this life is as fragile as a dream ㄨ murphy   Sam 28 Nov - 18:05

won't die alone and be left there.
— cirilla blackwell & murphy blackwell —
And after the storm, I run and run as the rains come And I look up, I look up, on my knees and out of luck, I look up. Night has always pushed up day. You must know life to see decay, But I won't rot, I won't rot. Not this mind and not this heart, I won't rot. And I took you by the hand And we stood tall, And remembered our own land, What we lived for. — after the storm.

Raz-le-bol. Un soupire passa le seuil des lèvres de Murphy. Fallait croire que la vie avait décidé de bien se foutre de sa gueule. Y avait jamais rien qui allait correctement. Ou alors, fallait croire qu’il avait un don qui consistait à le faire tomber toujours sur les gens particulièrement cons. Tout ce qu’il voulait lui, c’était aider les autres et il faisait beaucoup d’efforts pour sauver les vies des imbéciles qui n’avaient rien de mieux à faire que d’aller trainer dans les bois à la nuit tombée. Et y avait jamais personne pour le remercier. Juste des abrutis qui gueulaient comme des porcs et qui trouvaient systématiquement le moyen de rendre sa vie un peu plus pénible. Il ne voulait pas être un héros, dans le fond, il s’en fichait qu’on le remercie ou pas, tout ce qu’il voulait en vérité c’était qu’on lui foute la paix. Mais les gens ne se rendaient pas compte que s’aventurer dans cette fichue montagne à la nuit tombée c’était particulièrement dangereux, alors c’était lui qui passait pour un fou. Alors que dans l’histoire il était celui qui était le plus censé. Franchement, y avait plein de trucs à faire pour s’occuper la nuit qui en consistait pas à aller crapahuter dans les bois. Déjà, il faisait encore plus froid la nuit que la journée, alors sortir c’était une idée à la con, mais en plus dans les bois ? Pourquoi ? C’était une question à laquelle il n’aurait probablement jamais de réponse, pourtant, il savait très bien qu’y avait plein de trucs à faire pour s’occuper et qu’aller se balader dans la forêt en pleine nuit, c’était vraiment très loin dans la liste des trucs funs. La journée encore, il pouvait comprendre, les paysages étaient jolis, l’air frais agréable et puis on y voyait clair, ce qui n’était pas le cas de la nuit. La nuit, fallait mieux aller s’amuser dans un bar, manger dans un restaurant ou bien rester au chaud chez soi, devait la télévision. Ou dormir tient, ce serait toujours mieux que de faire chier son monde. Mais fallait croire qu’y avait pas grand monde pour intégrer cette idée pourtant très simple. Il y avait vraiment trop de gens débiles dans cette ville et c’était pour ce genre de personne que son épouse était morte, franchement, c’était du gâchis. Ce serait aussi probablement pour ses imbéciles qu’il finirait par passer l’arme à gauche lui aussi. Parce qu’il poursuivait ce que sa femme avait commencé et qu’il fallait bien que quelqu’un s’efforce de faire quelque chose pour éviter que les débiles se fassent tuer, pourtant, clairement, le monde se porterait mieux sans eux.

Il lui en était arrivé des choses à force de venir sortir les gens des bois avec son amabilité légendaire. Il s’était prit des claques dans la figure, il avait écouté les grognements des gens, y avait même une fois une cinglée qui avait dit qu’elle allait lancer une malédiction sur lui, il avait eu l’impression d’avoir tout vu et pourtant, on réussissait encore à le surprendre. On l’avait envoyé en prison cette fois. Il avait passé la nuit en garde à vue, parce que l’autre cinglée avait dit qu’il l’avait agressée et que c’était probablement lui qui avait tués les gamins Washington et leurs amis. Comme s’il n’avait que ça à faire d’aller tuer des gamins dans la forêt. Même si on pouvait facilement l’innocenter pour cette histoire de meurtre, on ne pouvait pas en dire autant pour la prétendue agression dont cette gonzesse se plaignait. On l’avait gardé en garde à vue toute la nuit et maintenant, il fallait qu’on paie une caution pour le libérer sans quoi il resterait dans son trou encore quelques temps. Parce qu’elle avait des marques d’agression cette folle. Certes, il l’avait peut-être attrapée un peu trop fort par le poignet y laissant une jolie marque il l’avait peut-être brusquée un peu trop pour qu’elle ferme sa grande gueule plutôt que d’attirer tous les wendigo sur eux. Mais il ne l’avait pas agressée à proprement parlé. Il lui avait surtout sauvé la vie en la sortant de cette forêt. Mais elle avait cru qu’il essayait de la kidnapper ou une connerie de ce genre là. Franchement, il n’avait pas envie de kidnapper une grosse chieuse tout juste bonne à gueuler sans raison. Il avait juste eu l’intention de la déposer quelque part en dehors de cette fichue forêt, mais il ne l’aurait certainement pas ramené chez lui. S’il devait vraiment kidnapper quelqu’un un jour, il ferait en sorte de prendre quelqu’un d’un tant soit peu supportable. Pas cette cinglée. Il n’avait pas du tout envie de rester enfermé à cause d’un malentendu, mais il ne pouvait pas échapper aux lois et ça le faisait bien chier. Il aurait vraiment dû la laisser mourir celle là, il ne s’en porterait que mieux et le monde aussi. Y avait personne au monde qui avait besoin d’une emmerdeuse pareille. Enfin, elle était saine et sauve, il fallait se concentrer sur la bonne action dont il avait fait preuve et oublier le reste. Quoi que, oublier qu’il était en taule, ce n’était pas facile. Il avait réfléchit toute la nuit à comment est-ce qu’il pouvait sortir de là et il était arrivé à la conclusion qu’il n y avait pas quinze milles solutions. Il fallait qu’il demande de l’aide. L’un des trucs qu’il détestait par-dessus tout ; la liste des choses qu’il détestait était très longue dans le fond.

Il avait fini par demander à passer un coup de téléphone, après avoir passé la nuit entière dans sa cellule, il fallait bien qu’il se décide à faire quelque chose pour sortir de là. Il avait longuement réfléchit à qui est-ce qu’il pourrait appeler pour régler le problème, il avait eu des idées, des noms de personnes à qui il pouvait s’adresser, mais si c’était pour leur être redevable alors, non merci. Alors, il n’avait pas vraiment le choix. Face au téléphone, il appuya sur les touches pour composer le numéro de téléphone de la maison. Y aurait bien l’un de ses enfants qui voudraient bien venir lui filer un coup de main. Malheureusement pour lui, ça sonnait occupé. « Merde. Raccroche ce téléphone bordel. » Le gardien lui lança un drôle de regard, mieux valait qu’il en termine rapidement avec cette affaire. Tant pis il allait laisser un message en puis attendre que celui qui était au téléphone termine sa conversation avant d’espérer qu’on vienne le sauver. Pourvu qu’il ou elle, ne balance pas le téléphone plus loin après sa conversation. Il tomba sur la messagerie, comme prévu. « Hey, salut. C’est moi votre père. Je sais pas lequel est au téléphone, mais j’espère que c’est très important comme conversation, parce qu’en attendant, moi je suis en prison et j’arrive pas à vous joindre. Bref, quand vous aurez ce message ce serait sympa de venir me filer un coup de main. Dans le deuxième tiroir de mon bureau, y a un faux fond, en dessous, y a de l’argent, ça devrait suffire à payer la caution. Bon, bha, à plus, en espérant que vous ne me laissiez pas croupir en prison. » Il soupira avant de raccrocher le téléphone. Pourvu qu’ils l’aient vite ce message, il n’avait pas envie de passer sa journée là-dedans, la nuit, ça lui avait suffit, d’autant plus qu’il était complètement innocent, c’était juste cette fille qui était folle et qui méritait qu’on l’enferme à l’asile. Enfin, le seul enfermé c’était lui pour l’instant et les minutes d’attente semblaient bien longues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

cause this life is as fragile as a dream ㄨ murphy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OUT OF THE DARKNESS :: 
Blackwood mountain
 :: Center Blackwood :: Police station
-
Sauter vers: