AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre avec l'inoublié (Mateo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
— MEMBRE ≡ The lonely wolf —
≡ avatar : Anna Speckhart
≡ inscrit le : 01/12/2015
≡ messages : 17
≡ métier : sans emploi
≡ quartier : sans domicile fixe
MessageSujet: Rencontre avec l'inoublié (Mateo)    Ven 4 Déc - 18:39

Rencontre avec l'inoublié

Journée glaciale en ce début de décembre. T’es là, assise sur le sol. Tu tentes de te réchauffer comme tu peux. Mais ce n’est pas seulement avec ton gros pull et ton jean troué que tu vas réussir à faire quelque chose. Tu rêves d’un café ou d’un bon bain chaud. Tu vois les gens passer devant sans aucune gratitude de leur part. Ils sont tous emmitouflés dans leur grand manteau. Et toi, tu attends qu’une âme charitable s’arrête et te propose un petit quelque chose pour que tu te sentes un peu mieux. Mais cela n’arrivera pas. Tu le sais. La population n’a que faire d’une jeune SDF. Ils sont bien plus préoccupés par leurs propres problèmes et besoins. Ils ont besoin de se satisfaire avec de satisfaire les autres. Société pourrie dans laquelle on vit. Tu ne vois pas le visage des gens, juste leurs chaussures. Mais tu peux quand même les catégoriser. Les ranger. Tu ne peux faire que ça maintenant. Tu soupires quand tu aperçois de jolis escarpins. Qu’est-ce que tu aimerais les porter. Mais tu ne peux pas. Toi, tu dois porter des baskets légèrement bousillées. Comme la vie que tu es en train de mener.
Tu décides à te lever du morceau de carton que tu t’es dégoté. Ta seule propriété. Tu vas aller marcher un peu. Sentir à nouveau tes membres engourdis par le froid. Tu avances doucement, les mains dans les poches de ton jean. Une paire de gants, tu envie tous ceux qui en ont une. Tu détestes l’hiver et l’automne. C’est décidé. Tu ne supportes plus ces saisons trop froides à ton goût. Surtout pour toi qui vis dans la rue, c’est insupportable. Tu marches doucement regardant les maisons qui commencent à refléter Noel. Tu trouves ça beau. Cela met un peu de poésie dans ta vie de SDF. Tu t’offres le droit de contempler les vitrines décorées. Tu offres un petit sourire à une dame qui te regarde étrangement. Non, il ne faut pas qu’elle s’inquiète, tu ne vas pas mettre tes mains sales sur sa vitre propre. Tu tâtes dans ta poche combien de pièces tu as. Pas assez pour pouvoir te payer une boisson chaude. Tant pis, une prochaine fois peut-être. Tu reprends ta marche dans le grand froid. Tu espères alors qu’il ne neigera pas. En tout cas, pas maintenant. Tu ne voudrais pas mourir de froid.
Tu regardes tes pieds en marchant. Tu ne fais plus vraiment attention à ce qu’il se passe autour de toi. Surement que ces hommes et ses femmes vont te regarder bizarrement mais ça t’est bien égal. Tu souhaites juste trouver un abri pour la nuit ou même seulement prendre une douche. Juste de quoi te réchauffer un peu. Tu avances doucement sur le trottoir. Lou, tu devrais relever la tête, tu vas te prendre quelqu’un ou quelqu’un chose et ça serait con que tu t’assommes. Tu as l’esprit ailleurs, tu rêvasses. Tu penses aux noëls que tu aurais pu passer en compagnie de ton père si l’affreux cancer ne l’avait pas tué. Puis ce qui devait arriver, arriva. Tu te prends quelqu’un. Un homme. Tu relèves doucement la tête et ton cœur se met à palpiter plus vite. Il bat la chamade. Devant toi se trouve l’homme qui t’a toujours fait tourner la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
— MEMBRE ≡ The lonely wolf —
≡ avatar : beigo barrueco.
≡ inscrit le : 01/12/2015
≡ messages : 11
MessageSujet: Re: Rencontre avec l'inoublié (Mateo)    Lun 7 Déc - 15:20


Décembre était là. Le froid s'était intallé. Les décorations de Noël avait pris place dans les rues de Blackwood. Toi, tu étais partagé durant cette période. Tu n'avais personne avec qui passer les fêtes de Noël. Personne à qui faire de cadeaux et personne ne t'en faisait non plus. Tu étais très solitaire depuis quelques années. Les fêtes de Noël, tu les passais seul. Autour d'un pack de bières et d'un paquet de chips. Et pour le nouvel an, tu trouvais toujours une fête à squatter.

Aujourd'hui, tu étais là. Assis sur ce banc depuis des heures. Tu ne savais pas quoi faire. Tu avais déjà fumé. Une fois. Puis deux. Et une troisième fois. Les mégots se trouvaient encore à tes pieds. Peut-être que si tu n'avais pas craqué, si tu étais resté avec cette femme, tout serait différent. Peut-être que tu ne serais pas là. Assis sur ce banc à te les geler complètement. Mais tu ne te voyais pas être l'amant de cette femme encore des dizaines d'années. C'était trop pour toi. Tu voulais être libre. Libre de faire ce que tu souhaitais quand tu le souhaitais. Là, pour le coup, tu étais tellement libre que la soltiude en devant pesante. Assis sur ce banc, tu contemplais le monde. Tu regardais toutes ces personnes avec leurs grands manteaux. Ils avaient eu le courage de sortir de leurs maisons chaudes et confortables pour affronter le froid. Pour acheter les cadeaux de noël. Aller au marché de noël. Aller boire un verre avec un ami. Qu'importe la raison en fait. Il y avait du monde dans les rues de Blackwood. Beaucoup de monde. Mais pourtant, aucun d'eux ne semblaient faire attention à toi. Ils passaient devant toi, sans même te regarder ou remarquer ta présence. Bah, c'était habituel maintenant. Tu étais transparent. Personne ne se souciait de toi. Tu n'avais plus de famille. Tes parents étaient morts il y a plusieurs années maintenant dans un accident de voiture. Tu n'avais aucun frère et soeur. Le reste de famille se trouvait en France. Sur un tout autre continent que là où tu vivais désormais. Et tu n'avais pas assez d'argent pour aller les retrouver. À côté de toi, il y avait un gros sac de voyage. Qu'est-ce qu'il y avait dedans ? Un tas de trucs. Un tas de trucs te rappelant ton passé, tes parents. Des souvenirs auquel tu tenais. Dont ton doudou. Celui que tu avais reçu à ta naissance et qui ne te lâchais plus. Des affaires de rechanges aussi. Rien de bien folichon. Actuellement, tu portais un vieux jean troué depuis deux jours déjà, un tee-shirt et un gros pull par dessus. Une vieille écharpe pour te couvrir le cou et la bouche. Elle avait appartenu à ton père tu crois. Hier, tu as réussis à prendre quelques trucs à manger chez la fille qui t'avait hébergé. Tu en as profité pour faire une petite réserve dans ton gros sac. Bref. Tu te lèves du banc. Tu remet ton sac sur tes épaules et reprend la marche. Tu marches à travers la ville. Tu contemples les vitrines de noël. Tu ne regardes pas où tu vas. Et bim ! Tu prends une jeune femme en plein visage. Une très jolie jeune femme mais à l'apparence sale et usée par le temps. Un peu comme toi en fait." Oh je suis désolé.. Je ne regardais pas où j'allais.." Balbutiais-tu. Elle était belle. Charmante. Sexy à souhait. Mais elle semblait frigorifiée. Dans ton sac, tu tirais une veste assez chaude et la lui posais sur les épaules. Mais ce visage, il te disait quelque chose. Mais oui, c'était elle. C'était Lou. Même après ces années loin d'elle, tu la reconnaissais. Boum ! Ton coeur s'était remis à battre la chamade. "Lou .. ?! C'est toi .. ?!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
— MEMBRE ≡ The lonely wolf —
≡ avatar : Anna Speckhart
≡ inscrit le : 01/12/2015
≡ messages : 17
≡ métier : sans emploi
≡ quartier : sans domicile fixe
MessageSujet: Re: Rencontre avec l'inoublié (Mateo)    Jeu 24 Déc - 3:32

Rencontre avec l'inoublié

Temps d’hiver. Tu marches dans cette rue décorée pour les fêtes de noel. Petit charme donné à la vie à cette période. A une époque, tu adorais ce temps-là et ces moments festifs, parce que tu étais e, famille. Parce qu’il y avait encore ton père et que ta mère ne pensait qu’à ton bonheur. Mais ce temps est révolu. Il n’existe plus depuis la disparition de ton père. Plus rien n’est comme avant. Même si cela est difficile, tu gardes ces souvenirs précieux. Ils te maintiennent en vie. Ils te rappellent les instants merveilleux que tu as pu passés avec ton père. Des fois, tu as l’impression, la nuit, qu’il te parle, qu’il te dit d’avancer. De rester forte. Mais aujourd’hui, rester forte est quelque chose de surhumain à faire. La mort serait tellement une chose plus simple mais tu n’es pas du genre à te laisser abattre même si tu vis dans des conditions horribles.
Tu avances dans cette rue, le rouge aux joues causé par le froid. Putain d’hiver. Cela est horrible pour toi et tous les gens qui te ressemblent. Toutes les personnes qui vivent à la rue. Quelques fois, tu croises un homme qui subit la même galère que toi. A chaque fois, tu viens t’asseoir près de lui. Et tu lui racontes ce que tu sais, ce que tu as appris étant gamine. Ça lui plait. Cela lui redonne un peu le sourire alors que le tien disparait avec les jours qui passent. Tu ne fais pas attention à ce qu’il se passe autour de toi, tu es bien trop plongée dans tes pensées et tes souvenirs. Tu regardes un peu les vitrines, les gens qui te dépassent et qui râlent parce que tu marches bien trop lentement à ton goût. Ce qui te fait esquisser un faible sourire. Depuis que tu vis à la rue, tu as pu étudier les différents caractères des gens et comprendre un peu la nature humaine. Grâce à l’intention que tu peux leur apporter quand tu t’assois sur un banc ou sur un bout de trottoir, tu comprends que tu cohabites avec des personnes qui vivent dans un monde à cent à l’heure. Et encore plus à la période des fêtes de Noel. Ils te donneraient presque le tournis. Tu penses alors à ta mère qui doit être dans le même cas que tous ces gens que tu croises et tu espères qu’elle a une petite pensée pour sa fille.
Ne regardant pas droit devant toi, tu ne remarques pas le jeune homme qui arrive sur toi. Autant que lui, tu es dans tes pensées et vous ne faites pas vraiment attention à ce qu’il se passe. Et ce qui devait arriver, arriva. Tu te prends le jeune homme. Tu aurais du regarder. Te voilà mal à l’aise et honteuse. Tu entends la voix du garçon. Elle te rappelle quelqu’un. Surement encore un coup de ton imagination débordante. Il s’excuse alors que c’est toi, la fautive. "Non… C’est moi, je suis désolée…" murmures-tu doucement. Tu sens qu’il pose une veste sur tes épaules. Un sourire se dessine sur tes lèvres. "Merci…" Puis tu relèves les yeux et découvres l’homme qui se trouve presque collé à toi. Tu fais de grands yeux ne revenant pas de voir le gamin qui a vécu un temps chez toi. Tu déglutis. Il t’a reconnu. Il prononce même ton prénom. Moment de panique. Tu ne sais pas quoi répondre. Que faire ? Tu te mords un instant la lèvre puis à cause de cette panique, tu prends la fuite. Mateo ne doit pas te voir dans cette situation. Il ne doit pas savoir que tu es à la rue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Rencontre avec l'inoublié (Mateo)    

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre avec l'inoublié (Mateo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» perdu avec sa veste [PUBLIC]
» Orthographe tu me tues et tu meurs avec moi
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OUT OF THE DARKNESS :: 
Blackwood mountain
 :: Center Blackwood
-
Sauter vers: