AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (clara) ≡ the stars look down on me.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clara Moriarty
— ADMIN ≡ Doctor of the Dead —
≡ avatar : daisy ridley.
≡ inscrit le : 27/10/2015
≡ messages : 215
≡ métier : étudiante à l'école de vétérinaire et assistante vétérinaire.
≡ quartier : elle vit chez ses parents au 266 northen road, north blackwood.
MessageSujet: (clara) ≡ the stars look down on me.   (clara) ≡ the stars look down on me. Icon_minitimeMer 28 Oct - 14:19

clara marjory moriarty
Back when I was unafraid Just like a thief.
nom : elle répond au nom de MORIARTY, héritage de son père, un nom connu en ville puisqu'il s'agit de celui du shérif de la ville, mais aussi de celui de la seule personne à avoir survécu au massacre de février dernier ; une gloire dont elle se serait bien passée. prénom : son prénom d'usage est CLARA, simple, mais efficace, peu sujet aux surnoms bizarres, alors elle l'aime bien son prénom, son second prénom est MARJORY, elle ne s'en sert jamais alors, il n'a pas vraiment d'importance. date et lieu de naissance : elle est née 10 AVRIL 1993, une jolie journée de printemps, c'est dans la ville de BLACKWOOD, CANADA, une ville qu'elle n'a jamais quitté, ce n'est pourtant pas l'envie qui l'en manque ces derniers temps. âge : la jeune fille à fêté ses VINGT-DEUX ANS en avril dernier, elle avait prévu une grande fête, qu'elle avait commencé à organisé depuis des mois et finalement, elle a tout annulé, sans ses amis, elle ne voyait pas l’intérêt de faire une grande fête, alors, elle s'est contenté de passer la journée au fond de son lit. statut civil : elle est CÉLIBATAIRE, on lui dit souvent qu'elle est encore jeune et qu'elle a le temps avant de trouver l'amour et compagnie, elle, elle pense qu'elle l'avait trouvé l'amour, mais il est mort, alors ça n'a plus d'importance maintenant. origines : elle est CANADIENNE, elle a bien quelques origines anglaises d'après l'arbre généalogique qu'elle avait dû faire au lycée, mais c'est ancien. nationalité : elle porte la nationalité CANADIENNE, c'est ce que disent ses papiers d'identité et c'est normal, puisque c'est là qu'elle est née. emploi : elle est ÉTUDIANTE À L’ÉCOLE VÉTÉRINAIRE, elle a entamé son avant-dernière année d'étude à la rentrée dernière, elle travaille également comme ASSISTANTE VÉTÉRINAIRE, dans un cabinet de la ville, elle y travaille depuis le lycée, c'est à cette période qu'elle s'est trouvé sa vocation. orientation sexuelle : elle est BISEXUELLE, ou juste complètement perdue pour être certaine de ses choix, c'est à voir ; elle a déjà fréquenté des femmes pour des histoires courtes et sa relation la plus longue était avec un garçon. groupe: SURVIVOR GUILT, elle a changé depuis le massacre au chalet, elle ne sait pas ce qui est en train de lui arriver, mais elle n'aime pas franchement ça. crédits : tumblr.

(001), clara fait de la danse classique depuis qu'elle est toute petite, elle adore ça, c'est une véritable passion pour elle, mais elle n'a pas pu remonter sur les planches depuis plusieurs mois, mes blessures mettant plus de temps à guérir qu'elle aurait pu le croire. (002), elle est la seule survivante du groupe d'amis ayant été massacré en février dernier, elle garde de nombreuses cicatrices, notamment au niveau de la jambe gauche, elle dernière ayant été lacérée. (003), d'ordinaire dynamique et très sociable, clara s'est considérablement renfermée sur elle-même, elle est également victime de crises d'angoisses. (004), minutieuse et appliquée, c'est une fille qui prend le temps de bien faire les choses, elle aime quand c'est bien fait, alors elle ne bâcle jamais rien. (005), elle a des rendez-vous quotidien chez les psy et est sous anti-dépresseurs, elle en a besoin sans doute, après tout, ses amis se sont tous faits assassiner, se remettre de ça, ce n'est pas une évidence. (006), elle joue du violoncelle, même si, comme la danse, elle a beau aimer ça, ses deniers temps elle n'ose pas sortir l'instrument pour en jouer. (007), très bonne cuisinière, elle passe énormément de temps derrière les fourneaux, ça l'occupe et puis comme elle a tout le temps faim en ce moment, autant elle en profite pour s'occuper de façon utile. (008), elle est très à l'aise avec la nouvelle technologie et les réseau sociaux, même si son cercle social s'est clairement amoindri ses derniers temps ; elle n'a même pas changé son statut facebook, ce dernier affichant encore "en couple" alors que son petit ami est mort depuis plusieurs mois, la dernière chose qu'elle a publié date du 16 février 2015. (009), elle ne craint plus le froid, alors il lui arrive d'oublier de mettre une veste avant de se couvrir, on la prend parfois pour une cinglée, mais ça n'a pas d'importance. (010), elle vit encore chez ses parents, l'envie de prendre son envol à été présente un temps, elle envisageait de prendre un appartement avec son petit ami, mais maintenant elle n'a clairement plus envie de bouger.



≡ avis sur les légendes
Elle n'y croyait pas, elle n'y croit sans doute toujours pas. Disons qu'elle s'en est toujours peu souciée, alors, elle a bien l'impression qu'il y a quelque chose de pas normal au fond des vieilles mines de blackwood. Quelque chose qui n'est pas humain mais qui n'est pas non plus un animal. Elle le sait, elle l'a vu, elle a cru voir quelque chose en tout cas, mais ses souvenirs sont quasiment inexistant. Mais elle sait que quelque chose a attaqué ses amis, cependant, elle n'y connait rien en légendes locales, alors elle ne fait pas le rapprochement.

Que pensez vous de l'infection lupine ?
Elle en est victime, pourtant, elle n'a pas été attaquée par un loup, malgré la confusion dont elle est victime, elle sait très bien qu'elle n'a pas été attaquée par un loup. Elle n'est même pas sûre de s'être déjà retrouvée en face d'un loup une fois dans sa vie et franchement, les lacérations qu'elle a sur la jambe, personne ne lui fera croire qu'il s'agit d'une griffure de loup. Alors, elle ne sait pas très bien d'où ça vient, mais elle a espoir qu'on trouve un remède. Sa peau est plus claire qu'avant, des fois, sa vision semble lui jouer des tours, elle a toujours faim, elle ne craint plus le froid et il semblerait que sa peau soit plus résistance, elle a fait l'expérience avec un scalpel à la clinique, impossible de se couper avec. C'est étrange et ça l'inquiète, mais dans le fond, ce n'est qu'un soucis de plus à ajouter à une liste déjà longue.


sweet poison - anaïs - 22 ans
ft. daisy ridley - personnage inventé.

fréquence de connexion : 7j/7. pays : france. avis sur le forum : cé le + bô tmtc gros. avez vous des suggestions : oui mais je ne les dirais pas. comment l'avez vous connu : dans une mine, il cherchait de l'or ce con. dernier mot : JVEUX MA TARTE AUX POMMES PUTAIN.


Dernière édition par Clara Moriarty le Mer 28 Oct - 18:06, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clara Moriarty
— ADMIN ≡ Doctor of the Dead —
≡ avatar : daisy ridley.
≡ inscrit le : 27/10/2015
≡ messages : 215
≡ métier : étudiante à l'école de vétérinaire et assistante vétérinaire.
≡ quartier : elle vit chez ses parents au 266 northen road, north blackwood.
MessageSujet: Re: (clara) ≡ the stars look down on me.   (clara) ≡ the stars look down on me. Icon_minitimeMer 28 Oct - 14:27

the warriors that built this town.
in the deafness of my world The silence broke
« Qu’est-ce qu’il s’est passé Clara ? » Lentement, la petite brune releva les yeux vers son père qui était là, entouré de plusieurs autres policiers. Elle haussa les épaules avant de détourner le regard. Elle et ses amis étaient interrogés à tour de rôle pour reparler de la soirée. Elle n’était pas bien sûr que ce qu’elle pouvait raconter allait vraiment pouvoir aider à retrouver Hannah et Beth. « Tu ne devrais pas être dehors à les chercher plutôt que là à me poser des questions débiles ? » Elle était franche, elle l’avait toujours été et shérif ou pas, c’était son père, alors elle pouvait bien lui dire clairement les choses. « Il y a déjà du monde en train de chercher. Tu dois répondre, c’est la procédure. » Elle s’en fichait bien de sa procédure, elle voulait juste qu’il lève ses fesses de sa chaise pour aller retrouver ses amies. Elle soupira. Qu’est-ce qu’il s’était passé cette nuit là hein ? Ils s’étaient tous retrouvés au chalet Washington pour une soirée, tout avait bien commencé. Ce n’était pas la première fois qu’ils se retrouvaient là pour une soirée, tout aurait dû se passer comme d’habitude. « Abbie et Hannah se sont disputées. J’crois qu’Abbie pensait qu’Hannah avait des vues sur Graham. » Elle n’avait pas vraiment suivit la dispute, ça ne la regardait et franchement, quand Abbie se mettait en colère, elle n’avait pas envie de se mettre entre elle et l’objet de sa colère de peur de se prendre une tarte dans la figure. « Eve a essayé de les arrêter, mais quand Abbie est énervée … elle n’écoute pas franchement ce qu’on lui dit. » Elle avait bien fait comprendre à Eve qu’elle pouvait aller se faire foutre ce soir là, alors forcément, Clara elle, elle avait préféré la laisser tranquille. « Du coup, je suis allée retrouver les garçons. Ils avaient trop bu. Ils ont fait un concours de shooters ou j’sais pas quoi et ils étaient complètement ko. » Ils avaient tous bu ce soir là, mais pas autant que Carl, Josh et Graham. Quand elle les avait retrouvé, ils étaient complètement couchés sur la table, ça faisait presque peine à voir.  « J’ai demandé à Beth de m’aider à les foutre au lit, alors on s’est occupées d’eux. Beth est redescendue pour voir comment ça se passait entre Abbie et Hannah. Je suis restée avec Joshua, je me suis endormie, quand je me suis réveillée, elles étaient plus là. » C’était tout ce qu’elle avait à raconter, elle n’en savait pas plus. Peut-être que si elle ne s’était pas endormie si rapidement elle aurait pu faire quelque chose. Elle aurait voulu faire quelque chose, les empêcher de sortir sous cette tempête. Les larmes aux bords des yeux, la jeune femme reposa son regard sur son père. « Tu crois qu’elles sont mortes ? » Elle n’avait pas réussi à retenir les larmes, rien que de penser que ses amies pouvaient être mortes, elle sentait son cœur se briser dans sa poitrine. C’était censé être juste une soirée sympa entre amis et voilà que ça s’était transformé en un véritable cauchemar. Son père fit signe aux autres policiers de sortir de la pièce avant de venir la prendre dans ses bras. » J’en sais rien Clara, mais on va faire tout notre possible pour les retrouver, je te le promets. » Au moins, il ne mentait pas, il ne lui disait pas que tout irait bien et qu’elle reverrait rapidement ses amies. Elle savait de qui elle tenait sa franchise. Elle n’avait pas envie qu’on lui dise que tout irait bien si ce n’était pas vrai, elle préférait ne pas se faire de faux espoirs, dans le fond, c’était peut-être mieux d’imaginer le pire, histoire de ne pas être complètement abattu, si c’était bien le pire qui se produisait.

Un cri perça la nuit, c’était terrorisant. Clara sentait son cœur s’accélérer dans sa poitrine. « C’était quoi ça ? » En face d’elle Joshua haussa les épaules avec désinvolture, il avait ce regard qui la laissait déjà anticiper la réponse, mais s’il se contentait de répondre que ce n’était rien, elle risquait de lui coller sa main en plein visage. Il le savait. « Probablement un animal. » Mauvaise réponse. Elle n’était pas débile, ce bruit, ce n’était pas un animal. Un nouveau cri la fit sursauter. Elle se retourna rapidement sur elle-même. Il y avait quelque chose, quelqu’un, elle n’en savait rien, mais pas juste un animal. « Joshua, je crois qu’on devrait rentrer. » Elle recula d’un pas pour se retrouver contre son petit ami, lui attrapant la main, alors que les cris se rapprochaient d’eux. « Cours ! » Sans vraiment comprendre ce qui était en train de se passer, elle se mit à courir, la main dans celle de son petit ami. Elle ne savait pas où ils allaient, mais il fallait s’enfuir de là. Prise dans son élan, elle trébucha, elle avait lâché la main de Joshua et elle tombait contre la roche froide qui cognait et éraflait son corps. Elle avait fini par s’écraser contre le sol. Elle avait mal partout. « Clara ! » Elle releva la tête pour voir loin au dessus d’elle, la silhouette floue de son petit ami. « Josh … » Un murmure, rien de plus, elle était trop sonnée pour crier, allongée sur le ventre elle aurait voulu prendre appui sur ses bras, pour se redresser, mais c’était peine perdue, elle était trop faible. Soudain elle sentit quelque chose s’agripper à sa jambe et la tirer en arrière. Cette fois, elle trouva la force de hurler à s’en faire mal à la gorge, elle n’était plus à ça près de toute façon. « Clara ! » Elle entendit encore la voix de Joshua au dessus d’elle, il avait dû crier encore une fois après, le son était moins fort, alors qu’elle était trainée contre son grès Dieu seul savait où. Elle avait hurlé, elle s’était débattu elle avait rampé sur quelques centimètres, puis on l’avait rattrapée, elle allait mourir ici, c’était certain. Est-ce que c’était également ce qui était arrivé à Hannah et Beth ? La question lui survola l’esprit alors qu’elle continuait de se débattre, avec une hargne réduite quasiment au néant, elle avait mal partout, elle ne voyait plus grand chose. Il y avait une silhouette floue deux bras deux jambes. Des grandes jambes, une peau blanche, beaucoup de force. Elle sentit son corps glisser à nouveau contre la roche et sa tête avait heurté la roche, elle avait perdu connaissance. Quand elle ouvrit de nouveau les yeux, elle ne savait pas pendant combien de temps elle était restée inconsciente, elle ne savait pas où elle était. Il faisait sombre et froid. Elle passa sa main contre son front, c’était mouillé, ça sentait la rouille. Du sang sûrement, elle ne savait pas, il faisait trop noir pour voir. Plus loin, il y avait une éclairci, la lumière du jour perçait, là-bas. Loin. Elle s’était redressée difficilement, sa jambe gauche lui faisait un mal de chien. Mais, en boitant, en avançant lentement, et en tombant plusieurs fois à s’en érafler les genoux déjà douloureux, elle avait réussi à atteindre la lumière, là elle pouvait voir sa jambe ensanglantée, son jean était complètement déchiré, comme si on lui avait tailladé la jambe avec un couteau. C’était bien du sang qu’elle avait sur son front, sur sa poitrine, sur ses genoux, un peu partout. « Y a quelqu’un ? » Il n’y eu que l’écho de sa voix pour lui répondre. « S’il vous plait, à l’aide … » Encore un écho. Mais quelqu’un viendrait, il fallait que quelqu’un vienne.

« Clara, sort de là ! » Non. Elle ne sortirait pas de sa chambre, il n’en était pas question. Elle était bien là sous sa couette et puis à quoi bon sortir ? Elle n’avait pas envie de constater qu’elle était horriblement seule, pas aujourd’hui. Elle avait tout perdu en une nuit. Son petit ami, ses amis. Il n’y avait plus qu’elle. Il lui restait bien son père, ses frères, mais ça ne suffisait pas. Ses amis étaient morts, plus grand-chose n’avait d’intérêt maintenant. C’était son anniversaire aujourd’hui et quelques mois plus tôt elle avait commencé à prévoir un tas de trucs, elle voulait organiser une grande fête, alors elle s’y était prise en avance, longtemps en avance. Elle aurait voulu que ce soit parfait. Mais maintenant, cette fête c’était le cadet de tous ses soucis. Elle ne sortirait pas de sous sa couette. Il y avait bien son père qui étaient là pour elle et encore, son père passait beaucoup de temps au poste de police, on n’arrêtait pas de dire à tout va qu’il faudrait remplacer le shérif que lui, il ne servait à rien, pas fichu de retrouver deux adolescentes ou de retrouver qui avait massacré tout un groupe de jeunes. Tout le monde parlait dans son dos, alors il mettait les bouchées doubles pour réussir à satisfaire les attentes des habitants de la ville, mais ça ne changeait rien. L’enquête n’avançait pas. Peut-être parce que ce n’était pas un homme qu’il recherchait. Ni un animal. C’était fou, mais plus elle repensait à cette nuit, plus elle en arrivait à cette conclusion. Elle avait décrit la chose comme un homme à son père. Parce que la silhouette qu’elle avait vu était humaine, mais elle se souvenait des cris qu’elle avait entendu, elle se souvenait de la blancheur de la peau de ce truc. Et elle s’était glissée jusqu’au bureau de son père pour regarder le dossier, rattraper tout ce qu’elle avait loupé alors qu’elle était assommée et elle avait vu les photos, elle avait lu les rapports. Ça n’avait pas de sens. Elle s’accrochait au cas d’Abbie, une balle dans la tête, c’était forcément humain ça. Il n’y avait pas de monstre ou d’autres conneries de ce genre dans les mines. Elle était folle et traumatisée. « Clara ça va ? » Encore un de ses frères qui venait l’emmerder, est-ce qu’on ne pouvait pas la laisser tranquille ? Elle aimait ses frères. Elle était la seule fille au milieu de trois garçons et elle n’avait jamais eu à se plaindre de cette situation, ses frères étaient compréhensifs et protecteurs, un peu trop peut-être. « Oui, ça va ! » Hurla-t-elle assez fort pour qu’il l’entende malgré sa tête à moitié enfoncée dans l’oreiller. Elle avait faim, c’était la seule chose qui aurait pu la pousser à vouloir quitter son lit, mais elle avait tout le temps faim en ce moment, alors elle avait apprit à faire avec. Elle repoussa quand même sa couette, il faisait trop chaud, c’était insupportable. Elle ouvrit la fenêtre pour respirer l’air frais et resta assise à la fenêtre, il faisait encore froid à cette période de l’année, mais ça ne la dérangeait pas. Elle ne ressentait pas le froid. Ils parlaient de cette maladie, l’infection lupine, mais elle n’avait pas été attaquée par un loup. Enfin, elle les laissait dire ce qu’elle voulait, elle s’en fichait. Le regard perdu dans le vide, elle soupira. Au final, elle se fichait de tout.

Clara passa le seuil de la porte malgré l’air blasé de l’homme en face d’elle. Elle venait souvent, même s’il n’était jamais très content de la voir. Au moins, il ne lui fermait pas la porte au nez. Il lui avait sauvé la vie. C’était lui qui l’avait retrouvée au fond de cette mine. Un panier entre les mains, elle se dirigea vers la cuisine, sans demander l’avis du propriétaire des lieux. « J’ai fais une tarte au pomme et des lasagnes. » Elle mit son plat de lasagnes au réfrigérateur avant de couper la tarte aux pommes. Elle avait faim, comme toujours alors elle n’allait pas se gêner. Elle sortit des assiettes du placard pour servir deux parts de tartes. Elle avait peut-être un peu tendance à faire comme chez elle, un jour, il finirait par craquer et la foutre dehors. Tant pis. Pour l’instant cette bicoque au fond des bois, c’était le seul endroit où elle se sentait à l’aise. Ce type qui grognait plus qu’il ne parlait, c’était son seul ami. Parce que les autres, ils étaient tous morts cette nuit là. Elle était la seule survivante, quelle chance qu’on disait. Qu’elle ironie d’après elle. Ils étaient partis et elle, elle restait là à souffrir. Elle glissa la deuxième assiette vers l’homme en face d’elle. « Les loups, ils vivent pas dans les mines hein ? » C’était une question rhétorique.  Elle savait que les loups ne vivaient pas dans des vieilles mines abandonnées. Il haussa les épaules en guise de réponse. C’était souvent comme ça. Elle parlait et lui … il répondait à sa façon. « C’est pas un loup qui m’a attaquée. » Elle en était certaine. « Ce ne sont pas des loups qui ont tués mes amis. » Une balle dans la tête, d’autres têtes arrachées. Ce n’était pas des loups, ce n’était pas des hommes. C’était autre chose. « Tu vas pas me dire ce que c’était ? » Il attaqua sa part de tarte, elle n’était pas sûre qu’il se donne la peine de répondre à la question avec des mots, mais tant pis. « Pourquoi j’le saurais ? » Des mots, enfin. « Tu étais dans cette mine sans savoir c’qu’y a dedans ? » Ce n’était pas le genre d’endroit où on se baladait comme ça au petit matin. C’était dangereux comme endroit. « Toi aussi. » Certes, mais ce n’était pas pareil. « Je suis tombée dans la mine et quelque chose m’a trainée jusqu’au fond. » Elle se souvenait bien d’avoir été trainée sur plusieurs mètres, d’avoir été entrainée dans les profondeurs de cette maudite mine. « Moi aussi peut-être. » Elle leva les yeux au ciel. Il n’était pas tombé dans cette mine par hasard, mais à quoi ça servait d’insister ? Elle soupira. « Dis-moi au moins une chose. Est-ce que je suis folle ? » Un rire ironique passa le seuil des lèvres de l’homme. Quel connard quand même. « Tu cuisines des tartes pour un inconnu, tu perds ton temps ici alors que les autres de ton âge trainent au bar ou au café. Ça en dit long sur ton cas. » Elle était folle alors, c’était fait ça au moins. « Mais p’t’être que c’est les autres qui sont fous. » Est-ce que c’était sa façon de lui dire qu’elle n’était pas cinglée et qu’il y avait bien quelque chose dans cette mine. » Tant que tu retournes pas dans cette mine, j’pense que tu dois être à peu près saine d’esprit. » Elle lui adressa un sourire. Elle n’allait pas y retourner, c’était hors de question, parce qu’elle comprenait bien, à travers ses mots, ses sous entendu et son comportement de gros con, qu’elle avait raison, il y avait quelque chose dans cette mine. Quelque chose qu’elle avait vu sans savoir ce que c’était, quelque chose qu’elle aurait préféré ne jamais voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(clara) ≡ the stars look down on me.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Clara] Maîtresse, disciple et amie
» We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars !
» Line up the stars ◆ 17/07 | 18h25
» L'Enfer de la Mode ! [Fashion-Week Topic - Swann-Clara-Victor]
» Chambre de Clara
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OUT OF THE DARKNESS :: 
Boom : butterfly effect
 :: Time to meet and greet :: White Butterflies
-
Sauter vers: