AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (murphy) ≡ moonlight is bleeding.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
— ADMIN ≡ Doctor of the Dead —
≡ avatar : nikolaj coster-waldau.
≡ inscrit le : 28/10/2015
≡ messages : 167
≡ métier : propriétaire de walker cars.
≡ quartier : 45, northen road, north blackwood.
MessageSujet: (murphy) ≡ moonlight is bleeding.   Mer 28 Oct - 18:51

murphy sullivan blackwell
citation de votre choix ici, blablabla.
nom : il porte le nom de BLACKWELL, héritage d'une famille à jamais perdue, mais pas encore complétement effacé, il le porte avec fierté et c'est enfants le portent également, mais dans le fond, c'est peut-être une malédiction ce nom. prénom : MURPHY, simple court, presque indémodable, un prénom comme un autre sans doute, SULLIVAN, celui là, il ne l'aime pas, mais ça n'a pas beaucoup d'importance, c'est un second prénom, tout juste bon à faire figuration sur les papiers d'identité. date et lieu de naissance : il est né le 6 JANVIER 1969, un jour comme un autre, son anniversaire, il s'en fiche complètement : il est né à TORONTO, CANADA, une ville que lui et sa famille n'aurait sans doute dû jamais quitter. âge : il a QUARANTE-SIX ANS, les années passent souvent trop vite, le temps ne s'arrête jamais, mais il ne compte pas vraiment, son âge n'a guère d'importance. statut civil : il a été marié et heureux, maintenant il est VEUF, et décidé à éliminer la maudite créature qui lui a arraché son épouse. origines : CANADIEN, ça lui suffit, peut-être qu'il y en a d'ailleurs, il n'en sait rien et concrètement il n'en a pas grand chose à faire. nationalité : il est CANADIEN puisque c'est là qu'il est né, là qu'il a grandi et là où il vit encore aujourd'hui. emploi : officiellement il est GARAGISTE, il a son propre garage en ville depuis de nombreuses années, mais plus officieusement, il est aussi CHASSEUR DE WENDIGOS, mais ça, mieux vaut éviter de le mettre dans un cv. orientation sexuelle : il est BISEXUEL, pas que ça ait de l'importance de toute façon. groupe: FIRE AND FURY, determiné à éliminer les wendigos jusqu'au dernier. crédits : tumblr.

(001), murphy avait emménagé une première fois à blackwood avec sa famille quand il avait quatorze ans, au bout d'une semaine, ses parents et sa sœur cadette ont été tués par un wendigo, il a été envoyé chez ses grands parents à toronto , mais il est revenu à blackwood une fois majeur. (002), il s'est marié plutôt jeune, il n'avait que vingt ans, mais il était amoureux et il savait que sa vie serait belle avec elle. Jemma, un nom qui reste gravé dans son cœur. Pourtant, elle est morte, il y a de ça dix ans. (003), veuf et complètement brisé par la vie, il s'est renfermé sur lui-même, devenant peu social, agressif même, difficilement fréquentable. (004), il porte encore son alliance et pourtant, ça fait dix ans, mais il n'arriva pas à s'en défaire, c'est le symbole de son mariage, des plus belles années de sa vie. (005), il est nul avec les nouvelles technologies, c'est le genre de truc qui a tendance à le foutre en rogne, plus le temps évolue, plus les choses changent et au final il est d'avis que c'était mieux avant. (006), depuis qu'il est jeune, il est un grand fan de bande dessinées, il en a une très grande collection, des vieux exemplaires qu'il a hérité de son père aux plus récents qu'il a acheté lui-même. (007), il n'a jamais fait d'étude après le lycée, quand il s'est installé en ville, il a commencé à travaillé au garage, il s'en sortait bien avec les voitures, alors ça lui permettait de gagner sa vie ; il y a dix ans, quand le propriétaire est parti à la retraite, c'est lui qui a récupéré le garage. (008), c'est un grand fan de vieille voiture, il trouve qu'elles étaient plus jolies que celles d'aujourd'hui, il possède une vieille chevrolet des années 70 qui appartenait à son grand-père et qu'il entretient si bien qu'elle roule mieux que certaines vieilles voitures. (009), il sait jouer de la guitare, il a apprit quand il était jeune, il avait même un groupe de rock à une époque, mais ils ne sont jamais allés bien loin. (010), il est plutôt du genre très nul en cuisine, heureusement, sa femme était douée elle, mais quand elle est partie, c'est devenu tout de suite compliqué de nourrir les gosses, heureusement qu'il existe des plats préparés qu'il suffit de réchauffer.



≡ avis sur les légendes
La première fois qu'il est arrivé à Blackwood, quand il avait quatorze ans, il n'en croyait pas un mot. Sa mère racontait les légendes de la ville et il la prenait pour une folle. Mais sa famille est morte et il avait vu un monstre. Personne ne le croyait dans son entourage alors il a fait ses recherches et il l'a trouvé : le wendigo. Depuis il y croit et si cette chose existe, il ne voit aucune raison pour remettre en doute le reste des légendes. Pour lui tout ce qu'on raconte à Blackwood est vrai.

Que pensez vous de l'infection lupine ?
Infection lupine, mon cul, qu'il répondrait si on venait lui en parler. Il sait très bien que cette maladie ne vient pas des loups mais des wendigo, il reconnait les symptômes d'un début de transformation, mais il sait également que jamais les personnes atteintes ne deviendront des wendigos, car le seul moyen d'en devenir un est de manger de la chaire humaine. Il semble juste que ce soit un stade transitoire, entre l'humain et le wendigo. Mais tant que ces personnes ne représente pas un danger pour les autres, l'infection lupine il s'en fiche complètement même si, il doit admettre que ça l'agace qu'on accuse des pauvres loups qui n'ont rien demandé à personne d'être à l'origine de ce truc.


sweet poison - anaïs - 22 ans
ft. nikolaj coster-waldau - personnage inventé.

fréquence de connexion : 7j/7. pays : france. avis sur le forum : jolem, c'est mon bébé lilheart . avez vous des suggestions : naaaaaan  yay . comment l'avez vous connu : dans ton cul. dernier mot : j'ai mal au cou  cry


Dernière édition par Murphy Blackwell le Ven 30 Oct - 21:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
— ADMIN ≡ Doctor of the Dead —
≡ avatar : nikolaj coster-waldau.
≡ inscrit le : 28/10/2015
≡ messages : 167
≡ métier : propriétaire de walker cars.
≡ quartier : 45, northen road, north blackwood.
MessageSujet: Re: (murphy) ≡ moonlight is bleeding.   Mer 28 Oct - 18:51

the warriors that built this town.
une petite citation de votre choix ici.
Cette ville était nulle. Pourquoi est-ce qu’ils étaient venus s’enterrer dans cette ville ? Murphy avait envie de rentrer à Toronto, dans un monde civilisé. Là ils étaient dans le trou du cul du monde. Au beau milieu de la montagne. Sérieusement, ils n’auraient pas pu aller dans un endroit encore plus nase ? Comme si ça ne suffisait pas, ses parents avaient décidé d’aller faire une randonné en montagne. Sans blague. Il fallait croire qu’ils avaient décidé de leur pourrir la vie. Ils étaient chiants. Mais ils disaient qu’il fallait bien visiter la région. Ils disaient aussi qu’ils allaient se plaire dans ce petit village. Mais il n’en croyait pas un mot. Ils disaient ça juste pour se donner bonne conscience après l’avoir déraciné, lui et sa sœur de leur ville natale. Il n’avait pas envie de vivre dans cette cambrousse profonde et sa sœur cadette partageait cet avis. Mais ce n’était pas comme si on leur laissait le choix. Ils n’étaient que des gamins après tout, ils se devaient de suivre leurs parents. Pour ce qu’il en avait à faire lui de la montagne. Il enchainait les soupires et n’écoutait même plus les paroles enthousiastes de ses parents. Est-ce qu’ils savaient où ils allaient au moins ? Son père disait qu’il avait la situation en main depuis qu’ils étaient partis. Mais, si on lui avait demandé son avis à lui, il aurait répondu qu’ils étaient perdus. Mais il préférait de rien dire. On allait encore prétendre qu’il n’avait que de la mauvaise volonté. C’était faux. C’était juste qu’il était adolescent et qu’il avait d’autres passe-temps que la randonné en montagne. Murphy ce n’était pas un grand amoureux de la nature. Il préférait rester tranquillement dans sa chambre, une bande dessinée à la main plutôt qu’à crapahuter dans les bois. Il s’en fichait du paysage ou même de l’histoire des amérindiens que sa mère prétendait si bien connaitre. Il avait envie de s’allumer une clope, histoire de se détendre. Mais ses parents ne savaient pas qu’il fumait, il risquerait de se faire engueuler. Pour changer. Toronto lui manquait déjà, il avait ses amis là-bas, des potes avec qui il pouvait sortir, sans avoir besoin d’escalader une fichue montagne. Il sentait bien que mettre les pieds à Blackwood était la pire idée de tous les temps. La nuit commençait à tomber et ils étaient encore au beau milieu des bois. Pourquoi ? Parce qu’ils étaient perdus. Parce que son père ne connaissait pas plus cette forêt que sa mère ne connaissait les amérindiens. Parce qu’il ne savait pas lire une fichue carte. Il en avait raz le bol. Il râlait intérieurement quand un cri perça la nuit. Merde, c’était quoi ça encore. Une putain de bestiole. C’était ce qu’il avait cru avant de le voir. Un monstre. C’était la seule façon dont il pouvait définir cette chose. Ils avaient essayé de s’enfuir, tous les quatre, ils étaient partis en courant. Il se souvenait d’avoir serré la main de sa sœur dans la sienne, mais il avait dû la lâcher. Il ne savait pas comment c’était arrivé, mais il l’avait lâchée et c’était tout seul qu’il avait réussi à se planquer dans un bout de grotte, trop étroit pour que cette chose ne rentre. Il était resté jusqu’à l’aube. Il avait regretté amèrement d’avoir été si désagréable avec ses parents parce qu’ils étaient morts cette nuit là. Sa sœur aussi. Il ne restait plus que lui et il avait beau parler de monstre, on ne faisait que le prendre pour un cinglé. Il avait gagné au final. On l’avait renvoyé à Toronto, chez ses grands parents, mais déjà il n’avait plus qu’une idée en tête, revenir à Blackwood et trouver ce qui était arrivé à sa famille.

« Tu devrais pas aller dans la forêt, tu sais pas ce que tu fais ! » Il soupira, elle ne pouvait pas lui foutre la paix ? Est-ce qu’il avait demandé à être suivit par la cinglée du coin ? Blackwood n’avait pas changé depuis qu’il y était venu avec ses parents, les gens étaient tous aussi cinglés et la ville toujours aussi pourrie. Mais ce n’était pas un hasard s’il était revenu ici. Il avait dix-huit berges et il venait de débarquer dans la ville qu’il détestait le plus au monde. Ses grands parents auraient voulu qu’il aille à l’université, lui, c’était bien le cadet de ses problèmes. Depuis des années il n’avait qu’un seul but : revenir à Blackwood et buter le monstre qui lui avait prit sa famille. Murphy n’était pas un étudiant sérieux, mais pour le coup, il avait bien fait ses devoirs. Depuis des années il enquêtait sur cette chose. On le prenait pour un fou, on lui disait que le traumatisme lui avait fait imaginer cette chose, mais il n’était pas fou. Il l’avait vue et ses recherches l’avaient aidé à en savoir plus. Il s’était rappelé des histoires de sa mère, il avait cru qu’elle racontait n’importe quoi à propos des amérindiens, mais non. Elle n’avait rien inventé. Elle avait lu ça dans des bouquins ou bien elle avait écouté ce qu’un des hippies de la ville avait à raconter, qu’importait, les histoires de sa mère avaient été une base pour ses recherches et de fil en aiguille il avait mit la main sur un nom. Wendigo. C’était ça qu’il était revenu chercher, ce truc infâme qui avait tué sa famille. Personne ne l’empêcherait d’aller retrouver ce truc. Même pas cette fille qui commençait sérieusement à le gaver. « Écoute, je suis grand, j’ai pas besoin d’un guide. Fiche moi la paix. » C’était Jemma qu’elle s’appelait. Il l’avait rencontré quelques jours plus tôt au fond d’un bar et il lui avait raconté son histoire, grave erreur, il avait peut-être trop bu ce soir là. « Arrête ton caprice de gamin débile ! » Brutalement, elle lui attrapa le bras, d’où qu’elle se permettait de le faire chier ? Il ne se connaissait pas assez pour qu’elle lui casse les couilles comme ça. Il n’avait pas besoin d’elle, il n’avait besoin de personne et la nuit tombait déjà, le wendigo n’allait pas tarder à sortir de sa tanière. Il perdait son temps avec elle. « Ce truc à tué ma famille alors laisse moi faire ce que j’ai à faire bordel ! » Elle ne le lâchait pas son bras. Elle n’allait pas le laisser tranquille ce pot-de-colle. « Le problème, c’est que tu ne vas pas trouver ce truc, mais plutôt ces trucs. » Qu’est-ce qu’elle racontait ? Il avait du mal à imaginer qu’il puisse y avoir plus qu’un machin comme ça dans le coin. « Écoute, je peux t’aider, je connais bien le coin, je connais bien ces créatures. S’il te plait, laisse tomber pour ce soir. » Il fronça les sourcils, il était venu pour ça, il n’avait pas envie d’abandonner et s’il devait crever alors tant pis dans le fond, il n’avait plus grand-chose à perdre. Il la fixait, elle avait l’air sincère, inquiète. « J’en ai vraiment marre qu’on retrouve des cadavres dans cette forêt. » Ça devait être monnaie courante dans le coin et comme pour sa famille, on devait raconter la même histoire, une fichue attaque d’animaux, parce que personne n’allait croire qu’il y avait vraiment un monstre – des monstres – dans cette montagne. Jemma, elle, elle y croyait. Elle savait même, ce qu’il y avait là haut. Il continuait de la fixer avant de finalement soupirer. Il allait l’écouter. Un cri résonna. Le même qu’il avait entendu quatre ans plus tôt, cette nuit où ses parents étaient morts. « Trop tard. Cours ! » Elle lui avait attrapé le bras avant de se mettre à courir. Il la suivait. C’était une nuit d’enfer qui s’imposait à eux, une nuit comme il en connaitrait d’autres par la suite.

Les années avaient passées depuis cette nuit dans la montagne. Cette nuit avec Jemma. Ils avaient survécu, ils s’en étaient sortis et elle avait juré qu’elle l’aiderait à se venger. Aujourd’hui ça n’avait plus vraiment d’importance. Peut-être qu’il l’avait eu le wendigo qui avait tué sa famille. Peut-être pas. Lui ou un autre, dans le fond, ça n’avait pas d’importance. Lui ou un autre, ce qui importait c’était de les tuer et c’était aux côtés de Jemma qu’il avait tout apprit. Elle en savait des choses sur ces monstres. La jeune femme était une Holloway, alors elle savait, c’était une histoire de famille depuis plusieurs siècles. Il était dedans à présent. Il l’avait épousée Jemma et ensemble, ils avaient eu deux enfants et ensemble ils avaient été heureux. Mais Jemma, elle était trop gentille peut-être, trop motivée quand il s’agissait de protéger les autres. Alors, elle veillait un peu trop sur cette montagne. Il n’était pas le seul qu’elle était venue chercher pour l’empêcher d’aller plus loin. Elle faisait souvent ça. Elle pensait que c’était la meilleure façon de protéger les gens, mais elle oubliait souvent que protéger les gens, ça finirait par la tuer et ça l’avait tuée. Elle n’était pas rentrée un soir et quand il était allée la chercher il était déjà trop tard. Elle était morte. Ces monstres lui avaient déjà tout prit et ça ne s’arrêtait pas. Il fixait la tombe de son épouse, déjà recouverte par la neige, avec énervement. Il détestait ces bestioles plus que tout au monde. Il aurait voulu prendre ses enfants avec lui et quitter la région, mais Jemma avait toujours été très attachée à la tradition. Elle disait que le sang Holloway coulait dans leurs veines, ainsi, eux aussi un jour ils protégeraient cette montagne. Elle y tenait, alors il ne pouvait pas aller contre sa volonté. Il ne pouvait pas lui faire ça. Mais il était hors de question qu’on lui prenne ses enfants. Il ne pourrait pas l’accepter. Il les protégerait même s’il devait y laisser la vie. Il avait déjà trop perdu, il ne pouvait pas envisager qu’il puisse arriver quelque chose à sa progéniture. Il les aimait ses gamins, ils étaient tout ce qu’il lui restait.

« Tu f’ras jamais rien de ta vie si tu restes à Blackwood ! C’est normal que personne n’ai jamais eu connaissance de ton pseudo talent ! A te foutre dans des situations pareilles, on voit bien que t’es tout juste bonne à faire de la merde ! » Il avait haussé le ton, il avait fait de son mieux pour se montrer plus froid que jamais. Il fallait qu’elle se tire de cette ville avant qu’il ne soit trop tard. Rebecca était imprudente. Elle croyait bien faire, elle se sentait sur le point de résoudre un mystère, mais en vérité, c’était vers une mort certaine qu’elle courait. Il se souvenait de cette fois où Jemma l’avait empêché de risquer sa vie dans cette montagne, quand il n’était qu’un adolescent, elle disait qu’elle en avait marre qu’on retrouve des corps dans ses bois. Il ressentait la même chose aujourd’hui. Il y avait trop de personnes imprudentes qui se faisaient tuer par ses monstres. Jemma avait été l’une d’elles. Son épouse était morte à cause de ces monstres. Il ne voulait pas qu’il arrive la même chose à Rebecca et pourquoi ? Il n’en savait rien. Il ne la connaissait même pas. Elle était juste cette fille un peu chiante et trop curieuse qui était persuadée qu’il avait les réponses à toutes ses questions. Il les avait. Mais il n’en parlerait pas. C’était une règle d’or chez les chasseurs. Il y avait quelque chose chez cette fille qu’il aimait bien, peut-être que c’était sa détermination ou simplement le fait qu’elle ait fait des efforts pour le pousser à briser sa carapace. Elle l’avait traité de gros con plusieurs fois, elle avait même réussi à le faire accuser de meurtre pendant un temps, mais après ça, elle avait été une main tendue à un moment où il était au bord du gouffre. Parce qu’il était fatigué parfois de cette vie. Parce que la mort de sa femme l’avait poussé à se refermer sur lui-même. Parce qu’elle avait de l’optimisme à revendre et de la joie de vivre pour deux. Mais si elle restait là, elle allait mourir. « Et moi qui pensait qu’y avait encore du bon en toi, que t’étais pas juste le type froid et distant que tu semblais être ! » Il haussa les épaules. Il n’avait pas toujours été comme ça. C’était cette fie de merde qui l’avait fait devenir comme ça. Mais elle, elle avait réussi à faire fondre la glace, suffisamment pour qu’il ait suffisamment d’affection pour elle pour vouloir la voir partir et ainsi rester en vie. « T’es un con. » Elle lui envoya sa main en pleine face avant de s’éloigner. Il regrettait ses mots, il ne les pensait même pas, mais c’était mieux comme ça, peut-être qu’elle partirait, qu’elle retrouverait sa vie simple loin de Blackwood et des monstres qui régnaient sur la ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(murphy) ≡ moonlight is bleeding.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Loi de Murphy [FB 1623 PV Adrienne Ramba] [HOT]
» Forum : moonlight city
» Moonlight Sonata
» (m) cillian murphy ✈ libre
» Eluveitie
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OUT OF THE DARKNESS :: 
Boom : butterfly effect
 :: Time to meet and greet :: White Butterflies
-
Sauter vers: